>> L’actualité du monastère

 

 

L’actualité du monastère

Les nouvelles de la Communauté

La « petite Thérèse », celle de Lisieux, parlait de la « monotonie du carmel ». Il est vrai qu’elle ajoutait aussitôt, ce qui nuance son affirmation, qu’elle la préférait aux fêtes mondaines, … sans oublier qu’elle vivait à une époque très différente de la nôtre.

Il reste vrai aussi que des « grands événements », comme nous le disons dans la page précédente, sont rares : une prise d’habit, une profession, un jubilé de 25 ou 50 ans… il est rare qu’une année en voie défiler plusieurs. D’autres, comme un stage d’une aspirante, une entrée même, une maladie, les élections communautaires, sont des événements vécus dans l’intimité d’une communauté.

Cependant en fin d’année, un regard en arrière permet de discerner un certain nombre de petites choses vécues qui ont eu leur importance et qu’on a envie de partager. C’est alors la « circulaire » de la fin d’année, comme celle que vous pouvez lire ici.

Et puis, il se peut qu’au cours de l’année un événement particulier, une session intéressante, un partage en communauté ou en Association sur un sujet d’actualité etc., donnent à l’une d’entre nous envie de vous y faire participer.

C’est donc à tout cela qu’est destinée cette page.

 

Circulaire 2010

Circulaire 2009

Circulaire 2008

Circulaire 2007

 

 

Circulaire 2010

 

Cette année 2010 est sur le point de basculer dans l’éternité, Noël est à la porte…
Elle avait été riche, cette année, en événements, en grâces (certes, quelques épreuves, surtout de santé, n’ont pas manqué, mais si peu cette année !), qu’il nous est difficile de vous parler de tout ce que nous avons vécu. Nous devons nous contenter de vous en partager le plus important.

Formation :

Nous avons dans l’ensemble été très gâtées cette année.

Si nous commençons par le plus « utile », nous devons rappeler tout d’abord le séjour parmi nous de Sr Marian, du carmel de Liverpool : elle nous a offert pas loin de trois mois de cours intensifs, en groupes de niveaux, d’une très grande qualité, sans oublier la liturgie (nous avons appris des messes et plusieurs hymnes en anglais, l’animation joyeuse de quelques récréations… bref, elle s’est dépensée sans compter pour faire avancer la communauté dans la pratique joyeuse de « cette langue des oiseaux » comme disait Élisabeth de la Trinité.

A titre individuel, plusieurs sœurs ont commencé - ou progressé - dans l’hébreu et l’arabe.

Par ailleurs, nous avons bénéficié de plusieurs mini-sessions dans différents domaines.

Ainsi notre ami le P. Garuti, OP, est venu deux fois, d’abord nous faire entrer dans l’Encyclique Caritas in veritate, puis nous faire une introduction à l’évangile de l’année C, Saint Luc.

Sœur Denise était aussi de retour, et nous avons démarré avec entrain sur le sujet de lâcher prise.

Le Père Jean Emmanuel, carme français dont nous avons tant apprécié l’enseignement l’année passée est revenu en fin de cette année pour nous parler pendant plusieurs jours sur Cantique spirituel de St Jean de la Croix, et nous avons bon espoir de le revoir encore dans l’avenir.

Enfin, plus ponctuellement, nous avons revu Abouna Émile Shoufani, venu nous donner un enseignement sur la fête de la Transfiguration, puis nous présenter l’icône de Saint Jean de la Croix faite pour nous par une moniale melkite de Nazareth…

Le P. Bruno Secondin, O.carm, a passé avec nous une matinée en nous parlant de la lectio divina et du travail qu’il fait à ce niveau avec son groupe en Italie.

Quant à Père Flavio, il a continué son enseignement tout au long de l’année comme d’habitude ; le dernier sujet était les psaumes graduels.

Par ailleurs, tout au long de l’année notre effort communautaire a porté, bien entendu, sur les textes de notre Santa Madre : Nous avons fini son Autobiographie et commençons Le chemin de la perfection, proposé comme sujet de méditation pour cette année. Les partages communautaires sont toujours très enrichissants.

Enfin, nous avons lu en commun avec un très grand intérêt le document Verbum Domini.

Signalons aussi qu’une bonne moitié de la communauté a participé à la session organisée par notre Association, animée par le Père Jean Joseph Bergara, notre assistant. Et pour que les autres ne perdent rien, il est venu ensuite dans chacune de nos communautés pour quelques conférences, très appréciées.

Mais le meilleur, nous l’avons réservé pour terminer cette rubrique : Nous avons pu bénéficier cette année… de DEUX retraites communautaires !

En fait, cette situation exceptionnelle avait une raison très pratique : l’impossibilité de trouver en fin d’année précédente une date qui conviendrait et au Père et à la communauté à la fois. Donc la première était une retraite pour 2009, bien qu’ayant lieu dans la seconde moitié de janvier 2010. Elle était donnée par le Père Jean Joseph. Débutant d’emblée sur l’oraison, en lien sur la vie communautaire, il nous a peu à peu replongées dans l’essentiel de notre vie de carmélites.

Et, assez curieusement (mais au fond, est-ce tellement curieux ?), cette retraite était comme « prolongée » à l’autre bout de l’année par la seconde, donnée par Abouna Shoufani qui nous donnait le plus substantiel de la spiritualité monastique orientale. S’il était possible de n’en retenir une seule chose, ce serait peut-être ceci : le but (ou plutôt UN des buts !) de la vie du moine est DEVENIR PRIÈRE.

Une messe de rite melkite (en français !) nous a permis de savourer quelque chose de la liturgie des Églises d’Orient.

JPEG - 96.6 ko
Communauté avec les Pères Carmes

Des visites et des passages d’amis... ou d’inconnus qui allaient le devenir sont difficiles à compter ! Énumérons en juste quelques unes :

Les retraites que sont venues faire chez nous quelques religieuses des communautés amies : deux Clarisses de Nazareth et Sœur Anne Catherine, NDS, ont été aussi occasions de petits partages fraternels.

La présence comme volontaires pendant un mois d’été de deux jeunes femmes slovaques, amies de Sr Katarina, noué un lien solide d’amitié entre elles et la communauté.

Plusieurs Pères, carmes… ou autres, ont été rencontrés plus ou moins en passant au parloir. Contentons-nous de signaler surtout P. Carlos Coopman, du Chili, l’un des trois responsables au niveau mondial du PRH, parce qu’il est resté relativement longtemps pour faire chez nous sa retraite personnelle.

Une rencontre très particulière vaut la peine d’être signalé, surtout à cause de sa signification toute spéciale pour nous, carmélites vivant en Israël : celle Ruthy Bar-Shalev, présentée par Abouna Shoufani, une Juive qui aide psychologiquement et spirituellement des personnes qui s’adressent à elle, en s’inspirant de La Nuit Obscure de notre Père saint Jean de la Croix. Son témoignage, combien émouvant, a pu être transcrit (en anglais) avec sa permission de le diffuser.

Et il y a eu, bien sûr, des visites de notre Patriarche, Mgr Fouad TWAL, de Mgr Marcuzzo, évêque de la Galilée.

Et quelques passages des membres de familles de nos sœurs…

Mais dans ce domaine aussi, nous avons gardé pour la fin la visite la plus importante, bien qu’elle ait eu lieu en février : celle de notre Père Général Saverio Canistrà.

Combien nous avons été heureuses de son contact si fraternel, de rencontres - en communauté puis personnellement pour toutes celles qui le désiraient, et enfin une autre fois en communauté après qu’il ait rencontré chez nous le Conseil de l’Association ; de l’intérêt qu’il porte à notre vie ici, dans le pays et au Mont Carmel ; de l’avenir dont il prend sérieusement souci… comme nous le verrons plus loin.

La lettre qu’il a adressée ensuite aux carmélites de Terre Sainte est un trésor dont nous n’avons pas fini d’épuiser toute la richesse.

De divers événements communautaires, mentionnons seulement quelques uns parmi les plus importants :

Trois des sœurs en transfert temporaire dans notre communauté ont opté pour y être intégrées définitivement, et on obtenu l’accord de leur communautés.

Sr Sibille, elle, au bout trois années promises menées bien à leur terme, est retournée comme prévu à son Carmel de l’Ile Maurice, tout en gardant un lien très fraternel comme toutes celles qui n’ont fait que passer pour un temps d’aide.

N’omettons pas de signaler que Sr Joséphine a participé, avec Sr Anne Françoise, à l’Assemblée fédérale des deux Fédérations de carmélites du Midi de la France.

Enfin, parmi les événements importants de l’Église universelle, nous avons suivi avec un très grand intérêt le voyage su Saint Père au Royaume Uni, avec la béatification du Cardinal Newman, événement si plein di signification pour les deux Églises en Angleterre ; et surtout, bien entendu, le Synodes Évêques du Moyen Orient, par lequel nous nous sentions spécialement concernées.

Les médias du monde entier ont suffisamment parlé du tragique incendie au Mont Carmel, aggravé très certainement par les chaleurs excessives de plusieurs mois d’été et la sécheresse de la végétation, nous n’allons donc pas nous appesantir dessus. Disons tout de même la reconnaissance du pays à toutes la solidarité d’aide internationale… et celle qui nous fut manifestée, à nous moniales du Mont Carmel, par tant d’amis, mais aussi d’inconnus, par e-mails, téléphone ou fax. A nous pouvons ajouter que, grâce à Dieu, tout de suite après ce triste événement, la pluie s’est mise enfin à tomber, avec parcimonie au début, mais laissant espérer une bonne suite.

Mais nous n’allons pas terminer sur cette note tragique ! Il nous reste en effet à vous parler d’un événement vraiment exceptionnel que nous venons de vivre, et dont les journaux ne parleront pas :

Fin novembre eut lieu à Stella Maris la réunion des deux Conseils généraux : OCD et O. carmes.

Les deux collaborent maintenant depuis plusieurs années, et cette rencontre de travail sur les lieux mêmes où l’ordre du carmel est né ne peut que porter des fruits pour l’avenir.

Les deux Conseils ont réservé une partie de l’une de leurs journées pourtant bien chargées pour venir célébrer l’Eucharistie avec nous dans notre monastère et consacrer un moment - trop court mais le travail oblige - à la rencontre avec notre communauté.

Comme nous l’avait promis notre Père Général lors de sa visite au mois de février, tout va être mis en œuvre pour que le Mont Carmel retrouve sa place de choix pour l’Ordre du Carmel, et, espérons-le, une nouvelle jeunesse.

C’est sur cette heureuse nouvelle que nous vous laissons, en vous souhaitant encore une fois de très belles fêtes de la Nativité et toutes les grâces que le Seigneur voudra bien vous accorder pour l’année qui vient.

Vos Sœurs Carmélites
du monastère de Notre-Dame du Mont-Carmel
Haïfa - Israël

 

 

 

Circulaire de 2009

Décembre 2009

Chères Sœurs,
Chers Parents etAamis,

GIF - 34.4 ko
Vierge à la fleur, peinture allemande du 15e s.

 

 

Belle fête de Noël à vous tous,
et que l’année 2010 soit pour vous remplie de grâces.

Nous voici pour vous partager ce que nous avons vécu cette année 2009 qui est sur le point de se terminer.

La petite Thérèse parlait de « la monotonie du Carmel »… Même si nous l’aimons beaucoup, nous ne pouvons vraiment pas la suivre sur ce point ! Il vrai que c’était il y a plus de 100 ans ; depuis, la vie a changé… même au carmel ! Ce que vous lirez ci-dessous en est la preuve : Car les évènements se sont suivis avec une grande densité. Il y en a trop pour les aborder tous, aussi nous nous limiterons aux plus importants.

Tout d’abord, les événements qui dépassent le cadre de notre communauté, et par ceux-là que nous allons commencer.

Le premier en importance, et en grâces répandues sur toute l’Église de Terre Sainte, a été, bien sûr, la visite du Saint Père Benoît VI dans notre pays, au mois de mai. Nous l’avons suivie de près, et sommes allées, bien entendu, à la rencontre avec les consacrés, à la basilique de l’Annonciation à Nazareth.

Les trois autres concernent notre Association.

En février, notre Prieure en même temps que la Coordinatrice de l’Association, Sr M. Joséphine, partait avec Sr Anne Françoise, de Bethléem, et première conseillère, à la rencontre des Présidentes des Associations et Fédérations européennes à laquelle elles ont été invitées. Quelle richesse de partage, à leur retour !

En juin, nous avons eu à Stella Maris une session aminée en partie par Sr Enrica Rosanna, salésienne,la première femme à travailler tout à fait officiellement à Rome, à la Congrégation pour la vie consacrée, comme sous-secrétaire.

En septembre enfin, lors de son Assemblée élective, l’Association a renouvelé son Conseil (et notre sr Joséphine nous est enfin rendue après trois triennats de Coordinatrice, tout en restant encore 1re conseillère), mais surtout, nous avons reçu les Présidentes des trois fédérations de France, qui ont participé à l’Assemblée et ont fait ensuite un petit pèlerinage dans le pays en faisant un court séjour dans chacune de nos communautés. Quelle joie, quelle richesse de partages, quels liens renforcés !

Et à propos de liens avec autres Associations, signalons aussi l’envoi de Sr Claudine, de Madagascar, pour l’Assemblée de l’Association des carmels de l’Océan Indien.

Un autre envoi, toujours dans le cadre de l’Association, nous a été demandé : La carmel de Fayoum se trouve dans un grand besoin et a demandé instamment de l’aide. Nous avons accepté d’envoyer Sr Maria Giovanna pour trois mois, mais après le départ douloureux et rapide d’une de leurs sœurs vers le Père, elle a accepté de prolonger son aide jusqu’en janvier.

Passons maintenant à ce qui concerne notre communauté.

Nous poursuivons toujours notre effort de formation. Pour la seconde partie de l’Année Saint Paul, c’étaient des Dominicains qui nous ont fait quelques mini-sessions :

Le P. Garuti, sur les lettres aux Éphésiens et aux Colossiens ; le P. Ponsot, nouvellement arrivé à l’École biblique comme directeur, sur la lettre aux Philippiens ; et le P. Christian, sur les voyages de St Paul.

Pour joindre le thème proposé par l’Ordre - La Vierge Marie - et le souci de l’inculturation, nous avons demandé à deux Pères de nous présenter la liturgie mariale de leur Église : Le P. Elie Nakhoul pour l’Église Maronite, et le P. Émile Shoufani pour l’Église melkite, avec une seconde conférence consacrée à l’hymne acathiste. Ce dernier a aussi commencé à nous expliquer l’Apocalypse. On espère la suite dans l’année à venir.

Et le Père Flavio a bien sûr continué ses entretiens hebdomadaires sur les différents sujets carmélitains.

L’effort des langues ne fut pas oublié. Notre enseignante d’arabe ne pouvant plus continuer, les Sœurs de Stella Maris nous ont fait connaître Nadera, une jeune retraitée d’enseignement, avec qui trois d’entre nous continuent actuellement, et qui est devenue pour nous une vraie amie.

Par ailleurs, une sœur a fait un petit « stage » pratique chez les moniales melkites de Nazareth, et une autre, pour perfectionner son anglais, a passé trois mois dans un carmel au Royaume-Uni..

Et, bien entendu, nous entrons dans la proposition de l’Ordre, avec la lecture des œuvres de la Santa Madre, en vue du centenaire de sa naissance. Nous avons déjà commencé le partage communautaire sur « la Vida ».

Des visites ne nous ont pas manqué non plus.

Parlons d’abord de celle que nous attendions vivement : Mgr Twal, qui certes était déjà venu, mais seulement en tant qu’évêque coadjuteur. En juin, nous avons enfin pu le rencontrer en tant le nouveau Patriarche de Jérusalem.

Celles des Pères carmes ou des groupes carmélitains d’abord : en mars, c’était celle du P. Zuazua et du représentant du provincial de Navarre, venus pour les obsèques du Frère Paul, de Stella Maris. Puis celle des Pères du Sacrifice, Alberto et Bonaventure. Nous avons aussi rencontré au parloir le P. Jan, un Père polonais venu temporairement pour un « dépannage » un peu urgent à Stella Maris, mais qui allait revenir en automne pour une période plus longue.

Il y avait aussi la visite du P. Léthel, et du groupe d’étudiants carmes qu’il a amenés pour un pèlerinage, et un groupe espagnol guidé par le P. Paco.

En parlant de pèlerins, comment ne pas évoquer ces groupes si nombreux, surtout italiens, venus surtout pendant les mois d’été, célébrer l’Eucharistie dans notre chapelle - plusieurs groupes par semaine, et parfois même deux, voire trois, le même jours, avec pour certains, une rencontre au parloir pour des sœurs parlant italien ?

Nous rappelons surtout deux d’entre aux - un groupe italien et un brésilien avec lequel sont arrivées les sœurs de Sr Marie de Saint Esprit et de Sr Rafaela.

D’autres proches sont passés cette année : la famille de Sr Angela (Renata, Angelo, accompagnés cette fois d’un jeune neveu, Nicolas), « tante Frida » se Sr Maira, qui est restée près d’un mois et a conquis la communauté ; puis Mme Sylvie Guer avec sa fille, qui nous a dit qu’elle commence à se sentir ici « en famille, Agnès Spycket.

Nous avons reçu deux nouvelles connaissances venues du Canada : L’une anglophone, Anna Maria, mais GRECQUE !!! Et fière de l’être ! L’autre francophone, Lina Dubois, une proche du Carmel, guide des pèlerins. Et aussi le P. Guy, un Français intéressé par le rencontre du judaïsme et par le Carmel. Logé à Stella Maris, il nous a parlé de l’Église en France, et, à la fin de son séjour, de son expérience dans le pays.

N’oublions pas enfin le groupe de prière de notre ami Nader, venu célébrer la messe avec nous pour la première fois depuis son ordination ; et Roman, jeune Père polonais ordonné tout récemment ici, nommé au service de la communauté hébréophone de Haïfa ; il nous a partagé son itinéraire spirituel.

Signalons enfin les rencontres avec plusieurs religieuses - la Supérieure Générale des Sœurs de Nazareth, Sœur Masha, une jeune petite sœur de Jésus russe, destinée à vivre dans le pays, et une sœur chinoise, mais oui, et de la Chine continentale, qui fait ses études à Jérusalem et est venue avec une amie ukrainienne.

Tout cela fait déjà une actualité bien fournie. Mais nous avons gardé pour la fin trois - et même quatre - évènements d’importance.

Si nous n’avons pas mentionné, parmi nos visites, celle que nous a faite Mgr Marcuzzo, c’est que nous l’avons réservée pour introduire un évènement local de première importance : il est venu en effet nous parler M. Marie Alphonsine, fondatrice de la congrégation arabe de Notre Dame du Rosaire, qui allait être béatifiée deux semaines plus tard, une très belle figure chrétienne de Terre Sainte au XIXe siècle.

Une autre « visite » avait une grande importance pour nous : tout simplement la visite pastorale, effectuée par le P. Makhoul, le provincial du Liban.

Puis, nous avons fêté, dans l’intimité de la communauté, un anniversaire plutôt rare, malgré la longévité quasi proverbiale des carmélites : Le 29 octobre, notre sœur Marie de Jésus a passé le cap de 70 ans de sa profession religieuse !

Et enfin, un dernier événement, tout récent, qui est aussi, nous l’espérons, une lumière pour l’avenir, puisqu’il se situe à tout à fait l’autre bout de la communauté :

Au printemps, nous avons accueilli au postulat une jeune qui avait fait un stage dans notre monastère l’été passé. Après neuf mois de présence parmi nous, elle vient de recevoir l’habit du carmel, en cette belle fête de l’Immaculée Conception, la même date qu’Élisabeth de la Trinité, qu’elle aime beaucoup, et devient Sœur Maria Katarina de Jésus ! Nous lui disons « Bonne suite sur le chemin du carmel », et la confions à votre prière.

 

 

 

Circulaire année 2008

 

GIF - 29.7 ko
Le clocher du Carmel

 

 

Nous avons reconnu et nous avons cru que l’amour de Dieu est parmi nous. Dieu est amour ; celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu en lui. (1 Jn 4,6)

Oui, au cours de cette année qui est sur le point de se terminer, nous avons plus d’une fois constaté combien cette parole fait vivre.

L’année tout ordinaire, et pourtant très, très riche en événements dont nous faisons mémoire pour en rendre grâce.

Rappelons en d’abord un qui, dès le début de l’année, a mobilisé la prière de la communauté : nos élections. Prière féconde, à ce qu’il semble, car nous avons amorcé un beau tournant : tout en gardant Sœur M. Joséphine comme prieure et Sœur Angela comme 1re conseillère, la communauté a fait délibérément confiance aux jeunes, et jeunes venues assez récemment d’autres continents :

Sr Véronica, du Chili, Sr Claudine, de Madagascar, Sr Maïra, du Pérou.

Et en fin d’année, nous pouvons affirmer que nous ne regrettons pas notre choix.

Comme tous les ans, nous avons largement investi notre temps et nos forces dans la formation.

  • Le P. Flavio nous a aidées à réfléchir sur le sujet proposé par l’ordre, la vie communautaire.
  • Le P. Garuti, OP, est venu nous parler de la « méthodologie biblique », et nous faire une bonne introduction à St Paul avant que ne commence l’année qui lui est consacrée.
  • Sr Anne Catherine, NDS, a profité de la retraite personnelle qu’elle a pu faire chez nous, pour nous donner une conférence sur l’attente juive et l’attente chrétienne.

Notre retraite communautaire a pris cette année une forme inédite ; elle nous a en effet été donnée non pas par un Père, mais par notre amie Denise, Sœur Blanche missionnaire d’Afrique. Le thème ? Le Cantique des cantiques.

Retraite profonde, priante, et qui nous a prouvé, si besoin était, que des femmes, et surtout des consacrées, sont tout à fait aptes à faire prier les autres à partir de la Parole de Dieu.

Sr Denise est revenue ensuite, avant son retour en Afrique, pour animer une session sur « la communication non-violente », sa spécialité. Un tout autre style, bien entendu, où la « girafe », symbole de douceur, gentillesse, compréhension…, et le « chacal », qui est tout le contraire, se cédaient la place à tour de rôle : Drôle, et… fort instructif sur nous-mêmes et sur nos attitudes spontanées.

Le P. Luc Deviller, OP, de l’École Biblique, qui venait depuis des années nous aider à approfondir la Parole de Dieu, va hélas nous quitter à la fin de l’année pour rejoindre les dominicains de Fribourg (Suisse). Nous le regrettons bien et lui souhaitons bonne continuation dans sa nouvelle mission.

Par contre, nous avons pu prendre contact avec le P. Ponsot, le nouveau directeur de l’École, et retenir au mois de janvier des dates pour une session sur Saint Paul, dont il est le spécialiste.

Puisque nous en sommes au chapitre des départs, signalons avec un peu de nostalgie que pour plusieurs de nos sœurs est arrivé le moment de retrouver leurs communautés qui nous les avaient généreusement prêtés pour un temps. Mais il y eut aussi une arrivée, et puis, la communauté reste heureusement suffisamment vaillante, on a même pu rendre ponctuellement un petit service à nos sœurs de Bethléem et de Jérusalem.

À propos de la formation, n’oublions pas la session offerte par l’Association. Désormais, l’organisation est bine au point : on la fait en deux groupes successifs, ce qui permet la participation d’un maximum de sœurs sans pour autant « dégarnir » nos monastères en laissant nos aînées seules.

Nous nous sommes donc retrouvées, cette année, chez les Pères de Bétharram, à Nazareth, juste à côté du Carmel, et le P. Ernesto, OCD, nous a fait entrer dans l’histoire, la théologie, les symboles… de la liturgie. C’était passionnant même pour celles qui avaient déjà quelques acquis dans ce domaine.

(Et à propos de la liturgie toujours, signalons un tout petit événement : la cithare commence timidement mais avec détermination à faire son entrée dans la liturgie communautaire ; jeunes et moins jeunes s’y mettent, pour accompagner un psaume ou jouer un petit morceau au moment de la communion…)

Et comme d’habitude, nous avons fait un petit pèlerinage à la Basilique de l’Annonciation, et découvert (ou redécouvert pour quelques unes), tout à côté de la basilique, un site archéologique chez les Sœurs de Nazareth, la maison et la tombe du « Juste », datant certainement du temps de Jésus. À ceux de nos amis qui risquent de venir en pèlerinage en Terre Sainte, nous conseillons : ne le ratez pas !

Des groupes de pèlerins, en fait, il y en eut si possible encore plus que l’année passée. A certains moments, nous devions prévoir une, deux, ou davantage messes hebdomadaires, en fin d’après-midi en général, où l’une ou l’autre sœur participait librement. Parfois, il y avait aussi une petite rencontre au parloir, au moins avec quelques sœurs. Et puis, cela nous donne aussi du travail ! Un peu chez nous, mais surtout à Stella Maris, les scapulaires, sachets de terre, images défilent, on n’arrive pas à fournir ! Quelle chance pour nous ! Et aussi pour le pays, car les hôtels et les hospices des pèlerins ne désemplissent pas.

Mais nous avons aussi, environ une fois par mois, des groupes d’Israéliens, conduits par notre amie Ghada, guide chrétienne arabe, qui viennent nous poser des questions sur le Carmel, sur notre vie, notre vocation… Là encore, outre que cela tisse des liens entre différents croyants de ce pays, cela nous donne aussi un petit appoint, car nos visiteurs achètent volontiers nos petits objets — cartes, signets, bougies, et dernière trouvaille, tisanes et herbes aromatiques du jardin.

Nous avons seulement un petit regret, de ne pas avoir davantage de contacts avec les différentes Églises de notre pays. Certes, Mgr Marcuzzo, évêque de la Galilée, vient nous donner des nouvelles ; il y a aussi le groupe de religieuse de la Galilée qui vient une fois pas an faire chez nous leur réunion mensuelle ; et surtout, il y a la messe du 15 octobre qui réunit dans notre chapelle la paroisse et pas mal d’autres chrétiens de Haïfa. Puis, cette année encore, Abouna Shoufani est venu nous partager son activité pour la confier à notre prière. Mais… il est vrai que les langues constituent une sérieuse barrière, il est difficile d’inviter quelqu’un avec qui on ne peut communiquer.

Cependant, cette année, un petit groupe de débutantes en anglais s’est mis en route sous la houlette d’une sœur de la communauté, et le mini cours d’arabe continue vaille que vaille. Donc, pour l’avenir, il y a de l’espoir.

Parmi les rencontres, signalons aussi celles avec nos Pères Carmes : au début de l’année, nous avons fait connaissance du P. Jean-Joseph Bergara, de la Province du Midi de la France. S’agissant d’un Carme, dire qu’il est sympathique, c’est presque un pléonasme ! Nous le reverrons en décembre, où il nous donnera une remarquable session sur le Livre des Demeures de la Santa Madre.

Puis, en automne, c’était le P. Bonaventure, un carme américain de la Province de Washington ; il vient pour passer une année sabbatique à Muhraqa (lieu du sacrifice d’Élie). Il est revenu un peu plus tard, accompagné du P. Norbert, un jeune carme autrichien, qui nous a célébré la messe… en hébreu, s’il vous plaît ! A la rencontre au parloir, ils nous ont projeté des photos, surtout du Saint Désert aux USA où ils ont passée quelque temps ensemble.

Puis se fut le tour du P. Carmelo, un carme italien missionnaire depuis 51 d’année au Japon. Il vient, lui aussi, pour une année sabbatique, mais à Stella Maris. Depuis, il vient parfois nous dire la messe, et nous l’apprécions beaucoup.

Et pour finir l’année, nous avons encore eu la visite du P. Robert PAUL, Canadien et définiteur chargé de notre région, et avons eu une bonne rencontre avec lui.

Très différents quant à leur provenance, type d’apostolat…, tous ces Pères ont (outre leur vocation de Carme), un point commun : un très grand sens de l’humour !

Cette année, aussi, une sœur du Carmel de Fayoum, Sr Naama, a pu venir et rendre visite à nos quatre communautés, dans le but de resserrer les liens de notre Association avec le carmel d’Égypte.

Comme toute carmélite, nous vibrons aussi à tous les événements importants de l’Église.

L’Église locale d’abord : Mgr Sabbah, le Patriarche Latin de Jérusalem, a atteint l’âge de démission. Il est remplacé par Mgr Fouad TWAL, un Jordanien, fort sympathique, qui revient dans le pays après de longues années au service de la diplomatie de l’Église d’abord, puis comme évêque de Tunisie

Puis, dans les événements de l’Église universelle, nous retenons deux événements :
Le Synode sur la Parole de Dieu, dont nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt les travaux et dont nous attendons avec impatience les conclusions officielles. Mais surtout, nous n’avons pas été peu fières d’apprendre que « notre » Grand Rabbin de Haïfa était sollicité pour y prendre la parole au nom du judaïsme.

En parallèle, nous étions aussi intéressées par la lecture continue de la Bible que nous avons suivie par moments à la télévision.

Puis, Benoît XVI nous a offert l’année Saint Paul, qui fait vibrer notre cœur de carmélites de Terre Sainte. Le message de l’amour inconditionnel du Christ, qui a bouleversé et transformé sa vie, fait l’objet de notre intérêt et chaque semaine une sœur à tour de rôle est chargée de nous le rappeler. Chacune le fait à sa manière : les passages des lettres à méditer, des petits partages en communauté, des chants, des images offertes aux sœurs… Toute la richesse de notre diversité s’y exprime.

Bien sûr, les épreuves ne nous ont pas manqué, surtout des épreuves de santé. Mais nous les portons vaillamment ensemble dans le dynamisme communautaire.

Est-ce tout ? Presque. Mais dans les événements communautaires il y a eu cette année de l’inhabituel, voire de l’insolite.
Tout d’abord, à propos de nos élections, signalons que nous avons eu de ce fait, cette année, DEUX fêtes de prieure, à la demande générale des sœurs, car en bonnes carmélites nous aimons les fêtes.
Puis à propos des pèlerinages : Un soir vers 9 heures, un groupe assez inhabituel a sonné au portail ; tous les évêques de la Conférence épiscopale de Chili, qui venaient de terminer leur retraite en Galilée avant de partir pour la visite ad limina, sont venus eu chœur rendre visite à nos deux sœurs chiliennes. Qui dit mieux ?

Mais peut-être le plus insolite est ceci : un descendant de la famille de deux de nos sœurs a repéré dans l’Internet notre site et nous a écrit, en demandant quelques détails sur ses parentes, et a enrichi nos archives en nous envoyant des copies des lettres que nos carmélites écrivaient à leur famille en France ! Des deux côtés, nous espérons nous rencontrer un jour.

Cette fois, nous arrivons vraiment à la fin de notre partage. Avant de terminer nous voudrions vous dire encore que nous préparons avec ardeur, par la prière et les partages, la prochaine rencontre européenne des Associations et Fédération des Carmélites, à laquelle les déléguées de notre petite Association ont été invitées.

Nous avons vécu cette année sous le protection spéciale de Jean de la Croix, dont nous voulons vous offrir une « perle », en préparant Noël :

A moi sont les cieux et à moi est la terre, et à moi sont les peuples ; les justes sont à moi et à moi les pécheurs ; les anges sont à moi et la Mère de Dieu est à moi et toutes les choses sont à moi, et Dieu même est à moi et pour moi, parce que le Christ est à moi et tout entier pour moi.

Que demandes-tu et que cherches-tu donc, mon âme ? A toi est tout ceci et tout ceci est pour toi. Ne t’estime pas moindre. Ne prête pas attention aux miettes qui tombent de la table de ton Père. Sors au dehors et glorifie-toi en ta gloire. Cache-toi en elle et sois dans la joie, et tu obtiendras ce que ton coeur demande.

C’est dans cette lumière que nous entrons dans l’Avent, temps privilégié qui nous prépare à célébrer le Mystère de l’Incarnation dans la solennité de Noël.

Vos Sœurs du Mont-Carmel - Haïfa

GIF - 28.6 ko
Le port s’éveille
 

 

 

 

Circulaire année 2007

JPEG - 47.1 ko
Enfant Jésus de Bethléem

 

 

L’année 2007 s’achève, les fêtes de Noël sont à la porte. Le moment est venu pour nous de vous rejoindre partout où vous êtes, sœurs, familles, amis très chers pour partager avec vous un peu de ce que nous avons vécu cette année, une année très riche en événements, en grâces reçues… si riche que nous devrons nous contenter d’un survol un peu rapide.

La vie de notre communauté, tout d’abord : Il y eut des départs au temps normalement prévu, il eut de nouvelles arrivées, il y eut aussi un enracinement définitif dans la terre d’Israël, terre de Jésus et notre communauté du Mont-Carmel. Le visage de notre communauté change : trois sœurs d’Amérique Latine (Pérou et Chili), quatre de Madagascar et une de L’Île Maurice venues en moins d’un an et demi ont fait sérieusement baisser la moyenne d’âge. Voulez-vous savoir notre petit secret ? C’est que depuis plusieurs années, nous confions quotidiennement le soin des vocations à Saint Joseph. Il a d’abord voulu éprouver notre persévérance, mais maintenant, en bon père, il répond royalement ! Heureusement d’ailleurs, car le travail ne manque pas. Oui, c’est autre point positif de cette année : après des années de « vaches maigres » qui ont suivi les reprises des violences en septembre 2000, c’est le flot inespéré des pèlerins, et qui dure depuis plusieurs mois. Les Pères n’arrêtent pas de nous demander des scapulaires, images, dépliants des photos du « berceau de l’Ordre », sachets de terre… plus que nous n’arrivons à fournir ! Ajoutez à cela que pendant presque tout l’été, on avait toutes les semaines des groupes qui venaient dire la messe chez nous – et parfois plusieurs en même temps. Vous imaginez aisément notre joie.

Mais le travail, aussi important qu’il soit, ne doit prendre le pas sur d’autres activités. A vrai dire, rarement une année a été aussi remplie que celle-ci. Tout d’abord, pour ce qui concerne plus directement le Carmel : Nous avons consacré pas mal de réunions de partage au thème proposé par l’Ordre pour cette année : l’obéissance. Nous avons aussi des conférences ou réunions de partage presque hebdomadaires avec le P. Flavio ocd, notre supérieur et l’assistant de l’Association. Nous avons consacré du temps à Elisabeth de la Trinité, et surtout avons eu une très belle célébration de la clôture de son année grâce à la participation de plusieurs communautés religieuses de Haïfa.

Et, puisque nous en sommes à évoquer les fêtes, un moment communautaire fort avait été la célébration, le 8 septembre, des 50 ans de profession religieuse de notre sœurs Marie du Saint Esprit, célébration où était présente presque toute sa famille ainsi qu’un bon groupe d’amis, venu tout exprès d’Italie.

Nous avons aussi pu profiter des initiatives de l’Association. Ainsi, Sœur Denise Lavois, missionnaire en Afrique depuis pas mal d’années, et « spécialisée » dans le domaine de psychologie religieuse, relations, épanouissement… et bonne humeur autant que possible permanente, est passée dans nos quatre carmels pour animer une petite session. On ne s’est pas ennuyées ! Mais si la détente était au rendez-vous tout au long, ce n’était pas au détriment du travail sérieux : pour ne prendre qu’un exemple concret, dire chacune, et à chaque sœur de la communauté personnellement, deux qualités qu’on apprécie chez elle tout particulièrement peut être une « découvert » inattendue de l’autre ! Et que dire donc du « pousser les murs », réellement et à bout de bras, pour se détendre si l’on a une raison d’être énervée ? Une variante appréciable du « pleurer dans la coquille » de la petite Thérèse. Nous avons tellement aimé cette session que nous allons revoir Sœur Denise en 2008, cette fois pour une retraite.

D’autres initiatives heureuses de l’Association : une session des sœurs soit jeunes d’âges, soit arrivées dans le pays depuis moins de 5 ans. Session qui s’est terminée par une journée de pèlerinage en Galilée : Tibériade, Capharnaüm, Nazareth – où toutes furent invitées ; l’élaboration d’un CD sur le Carmel en Terre Sainte « entre la naissance et l’avenir » que nos sœurs Joséphine (du Mont-Carmel) et Anne Françoise (de Bethléem) porteraient en France où elles étaient invitées pour l’assemblée fédérale du Midi. Ce travail était une belle réussite de collaboration entre nos 4 monastères. Mais la plus belle réalisation était l’inoubliable « Journée de la Règle », avec une messe solennelle sur les lieux de nos origines, près de la source d’Elie, journée dont nous vous joignons le compte-rendu.

Et au soir même de cette mémorable journée arrivait le P. Maurice Gilbert SJ pour la retraite communautaire qui commençait le lendemain matin. Retraite remarquable dont nous garderons le souvenir !

Mais notre effort tout particulier de cette année a porté sur ce que nous pourrions appeler un petit début d’inculturation. Certes, la session qu’est venue nous faire le P. Georges Maurice, de Grenoble, sur l’approfondissement de la connaissance du judaïsme (cette année son sujet était le Messie) est désormais traditionnelle, depuis plusieurs années ; de même la rencontre avec Abouna Shoufani qui vient nous parler de ses activités, surout pour la paix. Mais il s’y est ajoutée cette année une autre petite session toute à fait passionnante, par Sœur Abraham, ermite à Jérusalem, sur les Églises de notre pays, par un biais très personnel des relations qu’elle a avec ces Églises, et plus particulièrement avec l’Église éthiopienne. Nous avons aussi rencontré Mgr Marcuzzo, évêque de la Galilée, et le P. Cyrille ocd, Égyptien, notre jeune curé de la Paroisse Latine de Haïfa, qui tous les deux nous ont partagé leurs joies, leurs espoirs et leurs préoccupations pour la part de l’Église locale qui est la leur. Mais surtout, un petit groupe de sœurs a commencé à apprendre l’arabe avec une jeune chrétienne de Haïfa. (Pour le moment, nous nous contentons de l’arabe parlé, déjà plutôt difficile, même si des plus jeunes rêvent d’apprendre aussi à lire et à écrire.)

Et, puisque nous en sommes au chapitre des langues, il faut dire que nous continuons aussi à soutenir notre effort pour l’anglais, langue non seulement absolument indispensable dans notre pays, mais encore très souhaitable pour l’avenir de nos communautés, puisque nous ne pouvons plus guère espérer de vocations du monde francophone et que l’anglais devient langue de communication pour les jeunes du monde entier. Nos jeunes font donc – avec fruit – l’effort pour retrouver les souvenirs de leurs années d’école, alors que les progressantes du « moyen-âge » (pardon : d’âge moyen !) on suivi cet été, sur place, une session intensive de 2 mois, animée par une amie bénévole. Depuis, nous avons une messe hebdomadaire (avec homélie, s’il vous plaît !) et none du dimanche en anglais, en espérant arriver progressivement à faire davantage. Et lorsque un groupe d’Israéliens vient nous interroger sur notre vie – ce qui arrive maintenant assez régulièrement – nous sommes de plus en plus nombreuses à pouvoir y participer.

Voilà donc les richesses de notre année. Mais il faut dire que les épreuves sérieuses n’ont pas manqué non plus, essentiellement épreuves de santé qui n’ont épargné ni les anciennes, ni les jeunes. Ainsi, nous avons bien cru, au début de cette année, perdre une de nos aînées ; on a dû la faire hospitaliser en pleine nuit et au dire même des médecins israéliens qui l’ont soignée c’est un miracle qu’elle s’en est sortie. Mais à quelque chose le malheur est bon, dit le proverbe : devant le danger qui semblait imminent, la famille, originaire d’Égypte mais disséminée aujourd’hui entre le Canada et l’Europe, ainsi qu’un des plus jeunes frères, jésuite, qui est toujours en Égypte, fut averti et ainsi sœur Thérèse à pu revoir tout ce monde, dont certains après plus de 60 ans ! Quant aux autres, les soins énergiques ont fait qu’aujourd’hui nous pouvons dire que l’année se termine sereinement.

Certes, le souci pour notre pays reste une grande préoccupation. Malgré de nombreux pourparlers, l’avenir n’est pas pour le moment lumineux. Nous essayons, pauvrement mais avec détermination, d’être un îlot de paix par notre prière notre accueil de tous, voulant espérer de toute notre espérance que l’on avance vers la paix, même si nous ne la voyons pas encore se profile à l’horizon : il y a tant d’hommes et de femmes de bonne volonté de tous bords, dans le pays !

Cette nouvelle année qui approche à grands pas, nous vous la souhaitons très belle, remplie de la grâce du Seigneur, de paix, d’amour.

Vos sœurs du Mont-Carmel.

 

 

Haut

 


 Français   English   Contact   Design  © 2005–2021